Retrouvez dans cette rubrique les compte-rendus 
des excursions géologiques de l'année 2021 :

Sortie 01 Sortie 02  Sortie 03 
Sortie 04   Sortie 05 Sortie 06 
Sortie 07
 
 
     
     
01
   
Samedi 29 mai 2021
Sur les traces des mineurs d’Estaing (Journées Nationales de la Géologie)
2c1mculturemine
     

Marche à pied (3 h + arrêts), dénivelé :300 m ; distance :7 km. Age : à partir de 10 ans. Repas tiré du sac.

Prévoir : chaussures de marche, imperméable, eau et pique-nique indispensables // boussole, marteau, loupe, et bâtons de marche utiles.

RV 1 : 8 h 15 – PAU (6400) Parking de la station-service d’Auchan (route de Tarbes)
contact Marc Blaizot : 06 08 67 33 29

RV 2 : 9 h 30 – SIREIX (65400), Route de Cabaliros
Contact Marc Blaizot : 06 08 67 33 29 
Accès depuis PAU : Soumoulou, Lourdes, Argelès-Gazost, Arras en Lavedan, direction Estaing à gauche (D103, puis D13, puis D103), puis encore à gauche sur D 613 direction SIREIX. Traverser le village tout droit et prendre à droite en direction du Cabaliros au niveau d'une fontaine. S’arrêter 800 m plus loin au niveau d’un virage à droite en épingle.

Carte BRGM 1070 d’Argelès Gazost

 
Programme:

La route pastorale du Cabaliros nous conduit en sortie de forêt, à la cabane de Banciole, d’où partira notre chemin de mineur … un beau voyage au Centre de la Terre ou plutôt au centre des Pyrénées dans les roches les plus anciennes du massif : près de 500 Millions d’années d’histoire !
Vous suivrez la piste et mènerez l’enquête pour comprendre l’origine des minerais pyrénéens de fer, plomb et surtout zinc.
Exploités au début du XXème siècle, ces minerais ont un nouvel intérêt scientifique grandissant notamment grâce à leurs concentrations en métaux rares, utilisés dans certains composants de la transition énergétique et digitale.
Cette sortie se fera dans un paysage grandiose avec des vues splendides sur les plus hauts sommets des Pyrénées et si vous aimez l’exploration et les minéraux qui brillent, la Journée Nationale de la Géologie est faite pour vous ! Une excursion originale, entre histoire géologique et saga humaine.

Sortie limitée à 20 personnes Sortie complète

Voir le livret-guide

Compte-rendu de la sortie :

Le déconfinement enfin arrivé, cette première excursion 2021 organisée conjointement par Geolval et l’Agso, effectuée dans le cadre des Journées Nationales de la Géologie, a affiché complet. Nous étions 20 à nous retrouver au-dessus de Sireix, pour gravir, répartis en deux groupes, les contreforts du Mont Cabaliros à la quête du graal : les minéralisations à plomb et zinc d’Estaing, au cœur de l’anticlinal paléozoïque de Pierrefitte. Après une belle marche d’approche recoupant reliefs ordoviciens et prairies siluriennes, les mines étaient enjouées à l’arrivée au sommet pour découvrir les premiers filons massifs et les débouchées des anciennes galeries. Un soleil de… plomb avait fait son apparition nous mobilisant rapidement pour un pique-nique et des rafraichissements pris à même le…zinc, bien sûr.
La puissance et la teneur du filon en sidérèrent plus d’un et la récolte de galène, blende, magnétite ou autre hématite, fut à la hauteur des espérances : les minéralisations remplacèrent progressivement salades et autres sandwiches au fond des sacs à dos.
La redescente se fit en ordre plus dispersé, habitude bien ancrée désormais de la distanciation sociale ? plaisir d’être, à nouveau en montagne ? ou encore diversité de nos centres d’intérêts ? : minéraux de métamorphisme pour certains, vestiges des installations minières pour d’autres, zoologie ou botanique pour les derniers. Belle géo et biodiversité en tout cas ! couronnées par ces « Klein blues » qui avaient fleuri un peu partout.
Tant à la montée qu’à la descente, le plus jeune d’entre nous, âgé de 10 ans seulement, fut aussi le plus rapide et le plus passionné : c’était vraiment la journée des …mineurs !

 

 
image009sEn haut du site  'Estaing
image011s
Les veines à magnétite et quartz (quartz en peignes)
image013s
Depuis d’Estaing-haut
Crédit-Photos : Alexandre Cugerone
image001
Un pique-nique et des rafraichissements pris à même le…zinc
image003
Un pique-nique et des rafraichissements pris à même le…zinc
image005
La puissance et la teneur du filon en sidérèrent plus d’un
image007
Les minéralisations remplacèrent progressivement salades et autres sandwiches au fond des sacs à dos
image009
Les "Klein blues", c'est ça
02    

Dimanche 6 juin 2021 
Une journée vers le Mont Chauve

  2c2m
     
Randonnée à pied. Dénivelé : 400 m
Repas tiré du sac
 
Contact: YG 07 81 69 81 63
 
 
RV 2 : 9h30Auberge de Pé de Hourat, l’orée du bois (RD 335, 10 km à l’Est de Louvie Juzon)
Contact:  
YG 07 81 69 81 63
 
Covoiturage :
RV1 :68 Km AR, soit 3 € par personne

Programme:

Randonnée facile au départ du hameau de Pé de Hourat (Louvie Juzon) jusqu’au sommet de Moncaut caractérisé par ses remarquables affleurements de lherzolite.
Roches d’âge et de nature variés au sein d'une grande structure anticlinale (Merdanson) :
 - Marnes de Ste-Suzanne (Aptien au Crétacé inf) ;
 - Calcaires et dolomies noires du Jurassique
 - Lherzolite, roche remontée du manteau sup.

Date limite pour l'inscription : 4 juin 2021

Nombre maximum de participants  : 20

 Compte-rendu de l'excursion : 

Nous sommes au bord du trou, plus précisément au débouché de la trouée, alias Pé de Hourat.
Mais comment donc un si petit ruisseau a-t-il pu creuser une telle saignée dans la solide barre calcaire urgonienne ?
Nous traversons la saignée en voiture sur un chemin chaotique pour déboucher sur un cul de sac en forme de cirque.

Avant d'escalader les estives, les vaches ont piétiné un bout de pré, que nous mettons à profit pour admirer le panorama à pieds secs : nous foulons du Trias, cœur d'un anticlinal qui voudrait nous faire croire que tout est gentiment simple.
Erreur ! Observez sur la carte ces oreilles, de lapin d'un côté, de Mickey de l'autre : elles nous disent qu'ici jadis une voûte s'est effondrée, le traître dôme de sel qui la soutenait ayant fini par se dissoudre.
Sans parler de ce bout de Permien qui se cache dans la verdure (Yves, on te croit sur parole), et surtout de ce dôme pelé qui trône au centre...
Comme le Turon de la Técouère, de l'autre côté du gave, il est coiffé par une touffe d'arbres, et tout comme le Turon, il a été dégagé par une érosion qui n'a rien de glaciaire (mais non Jacques, il n'y a jamais eu de glace autour du Turon de la Técouère !)

Malgré ses airs de volcan, Moncaut n'est pas un mont chaud : c'est un mont chauve. Nous glissons sur ses pentes boueuses vers son sommet.
Au soleil nous foulons la lherzolite, et sous les arbres, le calcaire. La végétation a bien su choisir son substrat.

Au sommet superbe point de vue sur le cirque, sur la trouée et au loin la plaine (ou presque).
La touffe sommitale nous accueille pour la pause repas.
Pataugeoires dans la descente : la faute aux vaches ? La faute au Trias ? Et bien sûr la faute à l'eau, omniprésente dans ce micro climat.

Les bélemnites se sont bien cachées au cœur des marnes jurassiques, scrutées par 16 chercheurs de trésors. Et c'est là que Yves nous dévoile le résultat de nos observations : notre dôme est juste un bout de manteau craché comme un noyau entre deux failles.
Même pas suffisant pour rentabiliser la carrière jadis envisagée.

Une dernière halte pour observer une loupe de glissement sur le flanc du dôme, où commence à s'installer de la végétation, et nous rejoignons nos véhicules.
Puis nous rentrons, non sans avoir fait au passage un petit coucou à la maréchaussée, désireuse de faire souffler dans ses ballons des raveurs, de retour d'une nuit agitée sur les sommets : à chacun sa montagne...

 

 

Moncaut1 20 copie s

03
   
Samedi 19 juin 2021
Urdos : Espélunguère – Aigues Tortes
2c1m
     

Randonnée à pied, dénivelé :  500 m. Repas tiré du sac.

Prévoir : chaussures de marche, imperméable, eau et pique-nique indispensables

RV 1 : 7 h 30 – Jurançon Parking de la fromagerie des Chaumes N134
contact AB  : 07 81 69 61 94   

RV 2 : 8 h 15 – Oloron Parking de la gare 
Contact AL : 06 19 36 04 38

RV 3 : 9 h 00 – Urdos Parking de la gare
Contact AB : 07 81 69 61 94

Programme:

A la gare d’Urdos, présentation de l’itinéraire et des panneaux puis regroupement dans les voitures et trajet jusqu’au Parking d’Espelunguere.

Le sentier s’élève, longeant une majestueuse cascade (photo 1) pour déboucher sur le vallon glaciaire perché et la cabane pastorale d’Espélunguère.

On s’élève sur les estives (panorama superbes vers l’Ouest avec l’Ossau et l’Anayet) (photo 2).; on poursuit dans le bois puis on s’elève en balcon longeant un escarpement calcaire (Carbonifère) (photo 3) pour déboucher au Pas d’Escalé.

L’ambiance change complètement : le sol, les berges du ruisseau, les sommets alentours, tout est rouge : ces paysages présentent la splendeur et la diversité des roches rouges du Permien (photo 4).

Le sentier recoupe les méandres du ruisseau puis remonte vers le Puerto de Escalé avec son dolmen composé de schistes rouges. Sur la butte surmontant le Puerto, d’énigmatiques roches beiges (photo 5).

Nombre maximum de participants : entre 12 et 18 personnes suivant situation sanitaire 

Date limite pour l'inscription : mardi 15 juin

Compte-rendu de la sortie :

Ce samedi là, le temps n’était pas très fameux, mais malgré le vent et l’ambiance orageuse, nous avons pu parcourir un itinéraire très riche d’un point de vue géologique, entre Espélunguère et le col d’Escalé.

Observation des roches Paléozoiques et de leur déformation, raisonnement sur la chronologie relative, interprétation des paysages modelés par les glaciers, nous avons pu évoquer un très grand nombre de notions géologiques et parcourir un très long intervalle de temps.

Les mystérieuses roches beiges nous ont livrées leurs secrets, grâce à l’expérience du sédimentologue Pierre M.

Nous avons fini la journée par une halte à la gare d’Urdos où nous avons fait le bilan et recontextualisé nos observation dans l’histoire de la chaîne. Nous avons aussi pu regarder et commenter les panneaux RGTP et Géotrain, présentant pour le grand public des notions de géologie pure ou appliquée.

Malgré la météo un peu capricieuse, nous avons eu la chance de ne pas être trop mouillés et avons pu partager un moment très enrichissant.
Merci à tous les participants !

Télécharger le livret-guide de la sortie

 

 
Cascade d Espelunguere 1- Cascade d'Espélunguère
Panorama sur l Ossau et l Anayet2 - Panorama sur l'Ossau et l'Anayet
Pres du pas d Escale
3 - Près du pas d'Escalé, escarpement calcaire carbonifère et contact avec roches du Permien
Le bord du ruisseau
4 - Le bord du ruisseau
Mysterieuse roche beige
5 -Mystérieuse roche beige
CR photo1
Pierre nous révèle les mystère des roches beiges
CR photo2
Autour de la perte
CR photo3
Annie commente les panneaux à la gare d’Urdos
04    

Samedi 26 juin 2021
Gan : ressources géologiques, patrimoine et vignoble

culturemine  2c2m
     
Randonnée à pied. Dénivelé : 260 m
Repas tiré du sac
 
Contact: CB (07 83 97 22 57)

Programme:

Présentation des trois panneaux Géotrain et du projet
Visite de la Bastide : commentaires historiques et précisions sur les matériaux de construction
Marnière : histoire de la tuilerie et histoire du site fossilifère.  Si possible présentation des fossiles de collection 
Circuit sur le coteau au départ du lac, nummulites et propriétés viticoles sur le poudingue de Jurançon, panorama sur les Pyrénées et Boucle en redescendant sur la cave coopérative
Ensuite, 2 options :
 - retour aux voitures ou
 - visite du chais et des mosaïques de la cave viticole de Jurançon

Nombre maximum de participants  : 20

Date limite d'inscription : 24 juin

Compte-rendu de la sortie :

Itinéraires 05 et 07 des randonnées GéoTrain au départ de Gan :

Les 16 Geolvaliens du jour ont eu le privilège de découvrir la Bastide de Gan (édifiée en 1335) sous la conduite de Daniel Trallero passionné par le patrimoine Gantois qui nous a conté la riche histoire de ces anciennes demeures béarnaises.

Pour Jean-François et Jacques "capitaines" Géolval de la sortie, la Géologie est aussi une autre clé pour apprécier ces trésors Béarnais : par la simple observation des murs nous avons pu échanger sur la ressource locale des matériaux de construction.

Passage sur les derniers dépôts marins marno-calcaires d’avant l’orogénèse pyrénéenne : on les trouve dans l'ancienne carrière (dite "marnière de Gan") jadis exploitée pour alimenter la tuilerie ("teulère") fermée en 1975. Ils contenaient un site fossilifère connu dans le monde entier. André Vignot a présenté des échantillons exceptionnels de sa collection personnelle. Ces fossiles sont datés de l’Yprésien (env 50 millions d’années).

Un peu plus loin une cascade : rien d'exceptionnel ? à voir ! il a juste suffi d'indiquer la présence de nummulites pour que nos 16 chasseurs de trésors, qui auraient allègrement passé leur chemin sans rien observer, ne voient plus que ça.

Puis la raide ascension des coteaux de Gan nous propulsa directement au Burdigalien (vers les 20 Ma) : en effet, l'émersion a provoqué une lacune de dépôt (probablement accompagnée d'une érosion), jusqu'au déversement torrentiel des débris issus du premier démantèlement des pyrénées en cours de formation. Résultat : les fameux poudingues de Jurançon qui supportent un autre trésor, bien actuel : le vignoble. Et en effet, en présence de vigne, il est facile de repérer sur le terrain la discordance Yprésien-Burdigalien.

Dernier saut dans le temps, l'ensemble gallo-romain (IVe siècle) nommé "villa du Pont d'Oly", repéré par un paysan vers 1770 et fouillé entre autre en 1801 par Pierre Bernard Palassou (qui a donné son nom à un autre poudingue) : difficile d'y voir clair dans la lamentable histoire de ces vestiges, actuellement recouverts par la zone industrielle du Vert-galant, mais nous avons quand-même pu observer les reliques de ses mosaïques dans le chais de vieillissement de la cave coopérative de Gan, fière d'exhiber la présence de la vigne sur son terroir dès cette époque.

Un arrêt dégustation s’imposa alors, salutaire après cette chaude journée estivale !

 

432 CAVE DE GAN JURANCON 2
Le vignoble
IMG 20210626 093252 2
Les panneaux du géoTrain
IMG 20210626 101116
"Porte de la Prison"
IMG 20210626 114253
Histoire de la "Teulère"
Gan fossiles1
Des fossiles exceptionnels !
IMG 20210626 122302
la cascade aux nummulites
Juranon Ossau crop wk
Au pied du coteau, la limite de la vigne trace la discordance Yprésien-Burdigalien. Au fond : l'Ossau
 
 
   
05  
 
Dimanche 22 août 2021
Le télésiège des lacs à Astun
1m 1cOU3c 
     
IMPORTANT : la présentation d'un pass sanitaire valide (vaccination ou test anti-covid) est actuellement requise par les autorités espagnoles. Les contrôles sont fréquents, voire systématiques.
 
Randonnée à pied avec accompagnateur en montagne (AMM)
Repas tiré du sac

Sortie limitée à 25 personnes
RV 1 : 7h15Jurançon parking de la fromagerie des Chaumes
Contact: JV (06 33 06 62 32)à définir
Coût du covoiturage : 9 €
 
RV 2 : 7h45Gare d'Oloron 
Contact : AL (06 19 36 04 38)
Coût du covoiturage : 5 €
 
RV 3 : 9h15 précise - parking du télésiège ; guichet de paiement
Contact : LMM (06 30 53 88 72)
Montée en télésiège dès 9h30
Prix du télésiège :  11 euros adulte, 7 euros enfants et tarif de groupe à partir de 10 personnes.
Prévoir 20 euros d’argent liquide (télésiège et AMM).
 
Programme :
Pour les 2 groupes, présentation du paysage depuis le haut du télésiège: les calcaires de la Sierra de Bernera, la discordance, les plis… tout un programme !
Puis sentier buccolique vers le lac de las Truchas et montée facile vers le col d’Astu ( 2190 m). L’Ossau surgit !
Montée par la crête vers le sud jusqu’à la Punta Mala Cara (2259m).
Vue superbe à 360° Ossau et Anayet, Collarada…

Repas tiré du sac en commun vers 12h
 
Séparation des 2 groupes marcheurs tranquilles et montagnards résolus !

Groupe marcheurs tranquilles :
Retour par le même chemin jusqu’à la plate forme du télésiège ; puis, piste vers le lac Escalar et descente vers le parking du télésiège. Si le groupe le souhaite, descente directement vers le parking du télésiège.
 
Groupe montagnards résolus conduits par Gilles (trajet hors sentiers) :
Gilles, accompagnateur, adaptera ce programme selon l’état des troupes
Retour rapide vers le col d’Astu, trajet en crête :
Pic d’Astu (2279m), Col des moines (2168m), incursion vers les lacs d’Ayous, Pic des Moines (2349m)…. Suite selon état des marcheurs résolus !

Nombre maximum de participants : 25

Date limite pour l'inscription : jeudi 20 août

Compte-rendu de la sortie :

Grisaille et humidité ce matin à Accous, mais grâce à Gilles qui a visionné la webcam, nous savons déjà qu'un grand soleil nous attend là haut.
A l'image du temps qui passe, pas de retour en arrière possible en télésiège : les livrets guides sont tombés par terre, peu importe, il poursuit inexorablement sa montée.
Et c'est donc sans livret guide que Laure et Annie décryptent la Sierra de Bernera qui se présente à nous dans un paysage époustouflant.
Joli ibón, bleu vert parfois percé par le bond d'une truite. Gilles promet de nous dire dès que possible le nom latin des filaments qui cette année commencent à envahir les berges.
Nous détournons notre regard afin de ne pas voir tous ces blocs rouges qui jonchent le paysage : Annie nous a prévenus, tout ce qui n'est pas en place ne présente aucun intérêt.
... et nous rejoignons Gilles, en arrêt devant ce qui semble être un affleurement bien enraciné dans le sous sol. Ding : c'est dur. Dong : c'est mou. Il ne faut pas moins d'une succession de huit coups de marteau pour ausculter chaque couche, et nous observons ainsi que ce Carbonifère (ça, c'est Annie qui nous l'a dit) est à la fois dur (gréseux) et mou (argileux - ne surtout pas dire silteux, ça serait trop compliqué), et en aucun cas calcaire (et là on sort la fiole d'acide).
Le col d'Astú nous dévoile le versant nord où trône L'Ossau, magnifiquement entouré de ses vassaux, parfois volcaniques (andésite & co), parfois sédimentaires (Carbonifère et Dévonien), le tout vu sous un angle original. Reste à définir ce qu'est vraiment un volcan, quand ce n'est pas le cône emblématique du Fuji yama mais un chaudron effondré : pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?
Quatre-vingt mètres plus haut nous attend un magnifique panorama à trois cent soixante degrés qui nous permet d'admirer simultanément L'Ossau et l'Anayet, plus jeune de quelques millions d'années, une broutille vu de maintenant : grosso modo, on dira Permien.
Il traine ici plein de jolis petits cailloux : en place ? Peu importe quand on découvre les rides, ou plutôt des flûtes (flute cast en latin car c'est symétrique), d'une paléo-plage.
Et aussi ces mignons cristaux de quartz qui ont crû dans l'infernale pression de la cocotte minute volcanique ayant fait éclater la roche pour leur libérer l'espace douillet d'une fissure ouverte.
Encastré dans le Pic Castérau, un pli couché nous rappelle que le calcaire n'est pas toujours rigide, et que dans les conditions extrêmes qui régnaient à la racine de la chaîne hercynienne, il était capable de se plier, sans se rompre, aux exigences de la tectonique. Si de tels plis ont été produits par l'orogénèse des Pyrénées actuelles, nous ne serons plus là pour en profiter quand l'érosion les aura dégagés.
Pause repas, et en route le long de la crête, le pied gauche en Espagne, le pied droit en France.
Apparition des roches rouges, ici bien en place : c'est le désert Permien, rouge car le fer y est naturellement oxydé, parfois vert quand les fluides chauds issus des tréfonds lui ont fourni l'énergie nécessaire pour le réduire partiellement, sans pour autant le ramener complètement à l'état de fer métallique, cela aurait été trop beau !
Plus loin, une profonde crevasse parallèle à la crête se termine par une "grotte" notée sur la carte. L'hypothèse d'un début de décollement est confirmé quand plus loin nous observons un phénomène identique au niveau de l'escarpement, accompagné d'éboulements : la montagne est bien vivante et il devient clair qu'ici un bout de France va un jour dévaler en Espagne !
Pour l'heure nous dévalons la pente vers le col des Moines puis vers un ibón populeux d'où certains décideront de continuer de dévaler jusqu'au parking, les autres préférant le confort du télésiège (précédé par une caña bien fraîche au soleil).
Ce fut au final une longue et belle journée ensoleillée dans un cadre magique agrémentée d'une multitude de trouvailles géologiques à toutes les échelles, de centimétrique à kilométrique.

 

 
2019 08 02 ASTUN jpF 20 s
 Vue vers le sud depuis la plate forme d’arrivée du télésiège
2019 08 02 ASTUN FRUSTIE ANTONIN 5 s
Lac de las Truchas
2019 08 02 ASTUN FRUSTIE ANTONIN 23 s
La face sud de l’Ossau et le Peyreget
ossau Gilles B s
Ossau et Pic castérau vus du col des Moines
2017 08 20 OSSE TRECK 90 s
Lac Castérau

 

 

06
   
Dimanche 12 septembre 2021 
Le cirque de Troumouse
2c3m
     

Marche à pied, dénivelé : 700 m. Repas tiré du sac.

Prévoir : chaussures de marche, imperméable, eau et pique-nique indispensables

RV 1 : 8 h 00 – PAU Parking de la station-service d’Auchan (route de Tarbes)
contact AB  : 07 81 69 61 94   

RV 2 : 9 h 30 – LUZ SAINT SAUVEUR 
Contact AB : 07 81 69 61 94

RV 3 : 10 h 00 – CHAPELLE D'HEAS parking 
Contact AB : 07 81 69 61 94

Programme:

Randonnée géologique dans le cirque de Troumouse permettant d'observer une structure majeure, résultat de l'empilement de deux portions de croûte terrestre : la nappe de Gavarnie et les traces du passage du glacier qui lui a donné sa morphologie actuelle

Sortie limitée à 20 personnes 

Date limite pour l'inscription : jeudi 9 septembre

Sortie complète

Télécharger le livret-guide

Photos

Compte-rendu de la sortie

Dimanche 12 septembre :
Nous sommes montés jusqu’au départ avec le petit train. L’excursion a débuté dans les schistes silurien à andalousites. Ces roches anciennes ont fait office de « couche savon » sur laquelle s’est déplacée la nappe de Gavarnie.
Un peu de marche nous a amenés dans la partie autochtone de la nappe, celle qui n’a pas bougé, où nous avons pu toucher du doigt la discordance entre les terrains Paléozoiques affectés par l’orogénèse Hercynienne et le calcaire du Crétacé déposé après la disparition de la montagne Hercynienne.
La partie au coeur du cirque nous a permis de traverser une fenêtre tectonique. L’érosion due au passage du glacier a raboté des centaines de mètres de roches et mis à nue l’unité située sous la nappe. En redescendant, nous avons observé une diversité de roches magmatiques qui constituent le socle Paléozoïque métamorphisé et partiellement fondu lors de l’orogénèse Hercynienne.
La journée fut longue, la marche plutôt intense, mais le temps très beau et la richesse géologique du lieu, ainsi que sa beauté ont conquis tous les participants !

 

 

 

 
troumouse Le sentier
TO Troumouse s
La table d'orientation
groupe andalousite
A la recherche des andalousites (photo RB)
andalousite schistes
Grosses andalousite dans les schistes siluriens (ampélites) (photo RB)
discordance baton
La Discordance au bout du bâton ! (photo CF)
groupe cirque
Le groupe devant le cirque (photo CF)
fenetre tectonique
Dans la fenêtre tectonique (Photo CF)
07
   
Samedi 18 et dimanche 19 septembre 2021 
Découverte de la diabase du pays Toy
1c2mculture
     

Deux jours en pays Toy : Inscription séparée pour chacune des deux journées

Samedi 18 septembre 2021, journées du Patrimoine : la diabase dans les villages d´Esquièze-Sère et visite de l´exposition à la mairie de Esquièze-Sère

Marche à pied, dénivelé : 50 m. Chaussure de marche légère. Chacun amènera et mangera son piquenique tiré du sac près des tennis au-dessus de l´église de Sère

RV : 9 h 45 – Esplanade de la Mairie d´ESQUIEZE
Recommandation : se garer au nouveau parking près de la Mairie, route de Vizos
Contact JG : 07 85 86 93 35

Programme :
Nous visiterons les rues des 2 villages pour observer l´utilisation de la diabase dans le bâti local et les affleurements de cette roche résistante constituant les assises de nombreux bâtiments. Le fantôme d´une carrière vieille de 2 siècle, d´où fut extraite cette magnifique roche magmatique pour sa taille et même des sculptures, arborées dans de nombreux points d´Esquièze-Sère. Nous aborderons succinctement sa disposition en filons dans les roches sédimentaires encaissantes.
A 16h00, la Mairie d´Esquièze nous accueillera dans la Salle Municipale pour cheminer devant l´exposition de diabase taillée et d´échantillons de roches, regarder les posters et pour célébrer la fusion-absorption de GéolVal – Géopatrimoine pyrénéen.


Sortie limitée à 40 personnes

Date limite pour l'inscription : jeudi 16 septembre

 

Dimanche 19 septembre 2021 : Visite des affleurements de diabase, roche filonienne dans les vallées du Bastan et du Gave de Pau dans le Pays Toy autour de Luz-Saint Sauveur

Combinaison de petits déplacements en voiture et marche à pied, dénivelé : 150 m environ. Chaussure de marche légère. Chacun amènera et mangera son piquenique tiré du sac

RV : 8h 45 – Esplanade de la Mairie d´ESQUIEZE
Recommandation : se garer au nouveau parking près de la Mairie, route de Vizos.
Préciser si vous seriez disposé(e) à prendre deux ou trois participants
Contact JG : 07 85 86 93 35

Programme :
Nous visiterons un certain nombre d´affleurements afin d´appréhender le caractère filonien de cette roche verte magmatique, ses variétés de texture et sa gamme de vert. Ce sera aussi l´occasion de la comparer avec une autre roche semblable au premier abord mais d´origine volcano-sédimentaire, les structures sédimentaires attestant d´un remaniement sous-aquatique marin par opposition aux sills et dykes post-orogéniques à la phase pyrénéenne. L´observation de fenêtres, porches, frontons et autres éléments du bâti du Pays Toy sera au programme.

Sortie limitée à 20 personnes

Date limite pour l'inscription : jeudi 16 septembre

Compte-rendu de la sortie :
Dès le printemps 2021, la municipalité d´Esquièze-Sère avait accueilli très favorablement l´idée de monter une activité centrée sur cette roche commune en Pays Toy à l´occasion des Journées du Patrimoine.
Cette pierre qu´a-t-elle de particulier ?
La diabase est une pierre de couleur vert foncé à vert clair à gris vert. D’origine magmatique, elle est disposée en filons recoupant les roches primaires encaissantes, l’origine grecque de diabase signifiant passage. Selon la taille des minéraux cristallisés à partir d´une pâte magmatique de la famille des basaltes et gabbros, la texture varie entre roche à petits grains (microgrenue) et roche à grains pluri-millimétriques (grenue). La diabase est ici qualifiée de tardi-orogénique parce que les filons recoupent les plis provoqués par l´épisode compressif et la montée des granitoïdes (granites de Cauterets, du Néouvielle et de Panticosa) de l´orogénèse hercynienne.
Sa texture et en particulier son caractère isotrope et homogène, en font une pierre de construction facile à extraire, à tailler et même à sculpter, les sculptures les plus remarquables sont visibles sur les tympans des porches d´église du Pays Toy.
Format des journées du patrimoine 2021 :
Cette manifestation incluait une exposition d´échantillons de diabase dans la Salle Municipale et de deux excursions : la première le samedi tout public et la seconde, le dimanche, réservée aux géologues et amateurs avertis.

Le samedi 18 septembre était consacré à une petite randonnée pédestre, au cœur du village, pour contempler le bâti religieux et le bâti rural montrant l´utilisation d´une variété de matériaux comme le chêne, les marbres pyrénéens et la diabase.
La diabase fut utilisée comme pierre structurelle pour les seuils, piliers, corbeaux et linteaux des portes et fenêtres.
Le bâti religieux montre sa première utilisation pour la confection de porches, fenêtres sculptées, tympans, bénitiers, fonds baptismaux, croix et calvaires, dès le XIème et XIIème siècle. On peut observer d´anciens linteaux de fenêtres sculptés avec des motifs religieux du XVIème et XVIIème en réemploi dans des murs de certaines maisons. Elle s´observe aussi dans les porches des « grands portails » à l’entrée de maisons de familles voulant montrer leur richesse avec les initiales voire les noms des contributeurs surtout pendant les XVIIIème et XIXème siècles. C’est aussi à cette période que la diabase fut abondamment taillée et sculptée en pierres tombales, encore nombreuses dans les cimetières de la vallée.
Un usage plus commun mais ô combien important pour les valléens de l’époque, est attesté par la fréquence des auges, abreuvoirs, canalisations, placards, y compris dans les granges foraines d´altitude, taillés en diabase.
Le public a été surpris par le fantôme d´une ancienne carrière de diabase, encore visible aujourd´hui tout près de l´église de Sère.
Les randonneurs faisaient une halte au Hang Art, galerie d´art contemporain à Esquièze, où un groupe d´enfants mettait à l´honneur la danse du Chevalier Baiard chère aux village, revisitée avec une touche de danse contemporaine.
La traversée de la route vers la Salle Municipale permettait au groupe de visiter l´exposition avec des échantillons de diabase, des pièces taillées, des posters. Un clin d´œil à la profession de géologue de terrain et son rôle dans la production de cartes géologiques.
En fin d´après-midi, c’était l´occasion d´officialiser et célébrer la fusion-absorption des deux associations Géolval et Géopatrimoine Pyrénéen, cette dernière ayant été créé par Jean Knobel, géologue originaire de Sassis, subitement disparu mais représenté par son épouse relatant son action dans la vallée. La nouvelle association en sortira renforcée pour promouvoir et vulgariser la géologie pyrénéenne dans les deux départements voisins du 64 et 65. La présidente de Géolval Annie Lacazedieu a présenté le grand projet de Géotrain Pyrénéen entre Gan et Bedous.
Le dimanche 19 septembre était dédié à une visite des affleurements montrant le caractère filonien de la diabase. Une première visite d´un affleurement près des bâtiments communaux de Viscos montrait le caractère massif de cette roche magmatique. Au cœur du village de Viscos, les participants étaient à même de déchiffrer le caractère filonien et interpréter la nature du contact des filons avec les schistes et grés encaissants : soit en sill parallèle à la stratification, soit en dyke oblique et recoupant les couches sédimentaires.
La coupe le long de la route menant au village de Sers a supporté les observations, discussions et arguments d´interprétation de la mise en place des filons dans l´encaissant sédimentaire.
La reconnaissance de rides de courant, d’imbrication de petits graviers, au sein de couches grano-classées mettait au contraire la nature volcano-sédimentaire dans le dernier affleurement cette fois nettement plus ancien, d´âge Ordovicien supérieur, visité à Chèze.
Le groupe visitait l’exposition en clôture de cette excursion menée sous un soleil radieuxe

 

 

 
Pays Toy1 Sère : Calvaire
au nord de l´église
Pays Toy2
Cocher dEsquièze : fenêtres sculptées
Pays Toy3 Viella : Plusieurs
amas circulaires parallèles à la stratification

Pays Toy4 Esterre : Abreuvoir et étagère
Grange ruinée
 affiche diabase
09
   
Samedi 2 octobre 2021 ANNULEE
Rendez-vous en Comminges avec Jack London et Edwin Drake
 mine1c2m
     
Cette excursion était subordonnée à l'obtention des autorisations administrative. Ces autorisations n'ayant pas été obtenues, elle a dû être annulée. 
 
 
Excursion à pied et en bord  de rivière (Pas de marche, mais peut s'avérer fatigant pour le dos)
Restaurant réservé à Salies du Salat pour 13 h
Coût du restaurant : 16 €
Covoiturage -coûts estimés : RV1 13 € par personne (260 Km A.R.) et péages à ajouter
Sortie limitée à 26 personnes 
RV 1 : 7h30 à PAU - Parking du Zénith
Contact: à définir
 
RV 2 : 9h00 à BOUSSENS - Carothèque STC, impasse d'Estarac  Carte (depuis sortie 21 de l'autoroute)
Contact: MB (06 08 67 33 29)

 
 
Jack London et Edwin Drake nous donnent rendez-vous dans le Comminges  pour :
The gold rush : 
Les rivières de l’Ariège (dont l’étymologie est évidente) drainent, dans leurs alluvions, paillettes et pépites d’or venues des minéralisations des massifs granitiques paléozoïques des Pyrénées; ces placers sont connus depuis le géographe grec Strabon (-65/+25) et c’est un peu pour eux que Jules César envahit la « Gallia Aurifera ». La rivière le Salat, entre St Girons et Boussens où elle rejoint la Garonne, est particulièrement riche en minéraux lourds, hématite, pyrite, mais aussi grenats et or que la batée nous révèlera…
The black gold :
La région de Boussens est aussi riche des premières découvertes d’hydrocarbures faites dans le Sud-ouest dès 1939 avec le forage du gisement de St Marcet (8 Gm3 de gaz à 1500m de profondeur) qui permit d’alimenter en gaz Toulouse et Bordeaux. L’usine de dégazolinage puis les bureaux d’Elf-Aquitaine ont été construits à Boussens; la carothèque actuelle qui renferme des milliers de kilomètres de roches venus des derricks du monde entier en est la digne et belle héritière !
 

Programme:

Sortie réalisée en deux parties : Jack London puis Edwin Drake (ou Or et Or noir) dans la zone d’avant-pays pyrénéen plissée.
-matin : de 10h à 12h30 : orpaillage à Prat/Lacave (Ariège) sur le bord du Salat (matériel fourni : batées et sluices) : apporter bottes, chapeaux et K-way. Attention au mal de dos ! Un placer n’est pas nécessairement synonyme de…plaisir ! Quelques minéraux de collection seront visibles l’après-midi.
-après-midi : de 14h30 à 16h30 : visite de la carothèque pétrolière internationale et du laboratoire pétrophysique de Société Technique Commingeoise (Boussens-Haute Garonne) : carottes d’Angola et du Sud-ouest de la France.

Nombre maximum de participants : 26

Date limite d'inscription : mercredi 29 septembre 

 


 

 

 
2 Placer nouveau IMG 1052a sUn nouveau placer aurifère ?
IMG 20181020 120823sLa batée
3 une belle bate IMG 1045s
Une belle batée en Ariège
4 un peu dor noir IMG 1049a
Un peu d’or noir !